Adopte un job

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai du mal à faire la différence entre la recherche d’emploi et la recherche du prince charmant  (même si bon, OK, là, tout de suite, je ne cherche pas, mais il se trouve que j’ai une certaine expérience sur la question) – qui se dit encore de façon romantique : « pécho »

adopte un geek

Force est de reconnaître qu’entre mes heures passées sur Monster.ie (ouais, je suis en Irlande, moi, Môssieur) et mes nuits de crise de nerfs devant AUM (adopteunmec.com, pour les mormons qui ne connaîtraient pas encore – Non mais sérieusement, vous sortez d’où ?!), il y a des similitudes assez effrayantes.

La prospection

Version job : Des heures et des heures assise devant mon PC, j’ai fait un joli CV qui met mes compétences en avant, même celles que je n’ai pas, comme mon goût prononcé pour le contact clients (« Oui, merci Madame Cruzot, je vous souhaite une excellente journée [tout sourire] » – je raccroche – « Rââââh mais quelle c*nnasse, celle-là, elle m’appelle 30 fois par jour pour les mêmes conneries, comme si j’avais que ça à f*utre, p*tain, elle voit pas que j’ai une partie de solitaire hyper tendue à finir, là ?!!! » [assez fort pour ravir mes collègues les plus proches]). J’envoie ledit CV à toutes les sociétés et agences possibles et imaginables – même celles qui n’offrent que des boulots de comptable alors que je fais de la com’… Mais faut bien tenter !

Version love : Des heures et des heures (et des heures !) assise devant mon PC, j’ai mis mes plus belles photos de moi prises par moi-même, avec le regard par en dessous (mais si, tu vois très bien, je le sais) et je mets mes qualités en avant, même celles que je n’ai pas, comme mon côté hyper cool / pas jaloux (« Non, non, pour moi, c’est pas parce qu’on a couché ensemble que ça veut dire qu’on est ensemble et exclusifs, hein ! » – le mec qui m’a envoyé deux mails est connecté et ne m’écrit pas pendant 7 minutes – « Rââââh mais quel c*nnard, celui-là !!! » [Si peu de mots suffisent, parfois]). Je visite tous les profils pour avoir des visites en retour, même ceux des mecs qui habitent au Pérou… mais faut bien tenter !

L’entretien

Version job : La veille, j’arrive à peine à dormir. Le jour J, je me fais belle mais de façon sobre. Après l’entretien,un débriefe avec mes proches est obligatoire, pour tenter d’analyser s’il y aura suite ou pas, voire pour être (un peu trop ?) optimiste sur la question. « Ça s’est SU-PER bien passé, franchement, j’ai senti que le courant passait ! J’ai réussi à ne pas me démonter, j’ai répondu à toutes les questions en montrant ce que je pourrais apporter à la société. La RH a même souri à plusieurs reprises ! Ils vont me rappeler, c’est sûr ». Quelques jours plus tard : « Mais pourquoiiii j’ai pas de nouvelles, pourquoi c’est toujours à moiiii que ça arrive, ces trucs-là ! Qu’est-ce qu’ils pourraient bien trouver chez quelqu’un d’autre que je n’ai pas, moiiiii ?! (Euh… un peu de self-control, par exemple ? Et d’humilité, allez…) Pfff toute façon je mérite mieux que ça, ils vont le regretter, tu vas voir ! [snif] »…

Version love : La veille, j’arrive à peine à dormir. Le jour J, je me fais belle mais de façon sobre (traduction : à peine bitchy). Après le rendez-vous,un débriefe avec mes copines est obligatoire, pour tenter d’analyser s’il m’emmènera en week-end à Deauville bientôt, voire pour être (un peu trop ?) en train de me voir la bague au doigt. « Ça s’est SU-PER bien passé, franchement, j’ai senti que le courant passait ! J’étais à l’aise, super intéressante et je lui ai montré ce qu’il pouvait y gagner (j’avais mis un décolleté, j’te dis pas). Il a même ri à une de mes blagues (sur les 34 que j’ai faites) ! Il va me rappeler, c’est sûr ». Quelques heures plus tard (cinq, pour être précise) : « Mais pourquoiiii j’ai pas de nouvelles, pourquoi c’est toujours sur moiiii que ça tombe, ces cons-là ! Qu’est-ce qu’il pourrait bien trouver chez quelqu’un d’autre que je n’ai pas, moiiiii ?! (Euh… un bonnet D, par exemple ? Et un plan à trois, allez…) Pfff toute façon je mérite mieux que ça, ils va le regretter, tu vas voir ! [snif – en finissant le pot de Nutella] »…

Celui de mes rêves

Version job : Ça ne rate jamais, le job que je veux n’est pas pour moi. Je passe l’entretien, j’espère, je n’ai pas de nouvelles… Et je finis par voir que l’annonce est mise à jour quotidiennement alors que le RH me soutient que je suis encore dans la course. Un message sur Linkedin : « Vous cherchez un poste de responsable communication? Nous recrutons ! » alors que j’ai déjà tout fait pour leur montrer que c’était moi, qu’il leur fallait… Et pendant ce temps-là, j’enchaîne les entretiens pour un poste en customer service dans la finance, qui se passent bien et où il y a des chances qu’on me fasse une offre, à laquelle j’ai envie de dire non. Mais au risque de me retrouver sans rien ? Oui, je vais m’inventer une offre « que je n’ai pas pu refuser et qui m’offre de meilleurs avantages ». Là.

Version love : Ça ne rate jamais, le mec que je veux n’est pas pour moi. J’ai un rendez-vous, j’espère, je n’ai pas de nouvelles… Et je finis par constater qu’il est on ne peut plus actif sur le site de notre rencontre alors qu’il m’envoie un mail tous les 7 jours, pour me garder sous le coude. Un message sur Facebook : « Tu es magnifique sur cette photo… J’ai hâte de te revoir ! » à une certaine Angela, bonnet D apparent. Et pendant ce temps-là, des mecs qui ne me plaisent pas m’envoient des poèmes (et des charmes) et me proposent d’aller boire un verre, une offre à laquelle j’ai envie de dire non. Mais au risque de me retrouver sans rien ? Oui, je vais m’inventer un mec « qui est très fort, très jaloux et qui m’offre des bijoux ». Là.

Bon… finalement, l’amour, je l’ai trouvé, et pas du tout là où je l’attendais ! Alors peut-être que pour le job, ce n’est qu’une question de temps – et d’ouverture d’esprit ? Je vais réfléchir avant de dire non à tout ce qui ne correspond pas exactement à ce dont je rêve…

Je vous tiendrai au courant ;-)

11 opinions sur “Adopte un job

  1. Et bien moi c’est le contraire … J’ai le job (pas tout à fait) de rêve et c’est l’homme que je cherche … Je suis comme toi : j’y crois, j’y crois … ça foire grave et j’ai du mal à m’en remettre !!!
    Le site AUM j’y suis depuis 1 mois et depuis 1 mois je constate que les hommes qui me plaisent préfèrent les bonnets D (comme tu le dis si bien) et que les gentils/pas trop beaux/qui me suivraient au bout du monde me charment en veux tu en voilà …
    Je pense comme toi que pour un job il faut peut être un peu réfléchir avant de dire non … même si tu as le droit à ton job de rêve toi aussi …
    Pour l’homme, je ne vais pas réfléchir avant de dire non … lol … Je vais attendre encore un peu avant de baisser les bras et de me rabattre sur le gentil/moche qui ne veut que mon bien …
    C’est très agréable de te lire …

    • Merci Aline ! Je vais effectivement poursuivre, j’ai un troisième entretien demain… Quant à toi, tu as le droit d’être exigeante pour les mecs, c’est différent ! ;-) Bon courage, il y a beaucoup de tri à faire sur AUM !!!

  2. Le contraire pour moi aussi, sauf qu’au lieu d’être inscrite sur AUM (courage fuyons) j’attend que l’homme de ma vie tombe du ciel (puisque c’est bien connu qu’il pleut régulièrement des hommes!!!) bref en tout cas le parallèle est vraiment bluffant c’est impressionnant ….mais ou vas tu chercher tout ça???

    • J’y avais pensé aussi à l’homme qui tombe du ciel … Ou la rencontre par hasard … Tout le mode dit que « c’est quand on s’y attend le moins que cela arrive » : il faut juste m’expliquer comment !!! On a toujours espoir de rencontrer l’Homme comme de trouver le job de nos rêves (enfin juste celui qui nous donnera envie de nous lever le matin et nous apportera un minimum d’épanouissement personnel) … Alors finalement on s’y attend à le trouver, on est aux aguets, on espère non ??? Ou alors c’est que cela fait 5-10 ans que l’on est célibataire et qu’on n’y croit plus du tout ???

      • Ah ça non, quoi qu’il arrive, tu dois toujours y croire ! Mais peut-être ne pas penser qu’à ça et vivre pour soi (célibataire mais avec des amis, une ville ou un endroit, des fêtes et des cinés et/ou avec un job qui n’est peut-être pas celui de nos rêves mais qui nous apporte forcément quelque chose…). Comme ça, quand le job/mec idéal se pointera, on sera épanouie et prête à l’accueillir !

  3. Bon courage je suis également dans la même galère! Mon dernier entretien c’était pour être libraire à Waterstones, payé minimum wage (et j’ai 2 licences, de l’expérience et tout et tout) et 300 personnes ont postulé pour le rôle! Je l’ai pas eu forcément.

    • Merci Mélodie, bon courage à toi aussi, alors ! Effectivement, ça fait bizarre de revoir ses attentes salariales à la baisse (c’est aussi mon cas !!!), mais quand on change de pays, par exemple, ça peut être le sacrifice à faire pour tout y recommencer. Par exemple, concernant l’Irlande, je trouve que le pays en vaut la peine :)

  4. C’est drôle… je t’écris, je pense à toi, je voudrais des nouvelles, je te googlise… et voilà un article très intéressant (comme beaucoup d’autre d’ailleurs!)
    Et oui, on veut toujours tout, tout le temps et tout de suite! Mais ça ne fonctionne pas comme ça! ;)

Laisser un commentaire