Ce que pensent les autres [comment j’ai perdu l’anonymat] | ce que pensent les autres | Le Verre à Moitié Plein

Ce que pensent les autres [comment j’ai perdu l’anonymat]

Dans la vie, on passe son temps (en tout cas, moi) à faire attention à ce qu’on dit, à ce qu’on fait, à ce qu’on porte ou comment on se comporte. Pourquoi ? Parce qu’on est pas seul sur Terre (alors qu’on est « toujours tout seul au monde », qu’y paraît, faudrait voir à se décider, à la fin). Y a les autres.

Les autres : Nom masculin (mais incluant les femmes) pluriel désignant tous les êtres vivants excepté nous même. Particularités : Humour différent voire absent. Utilisation de la diplomatie fortement recommandée dans la majorité des cas.

L’avantage du blog et, allons plus loin, de l’écriture (waow… eh j’suis un écrivain, c’est fort, non ? Me casse pas mon rêve, toi, là), c’est de pouvoir s’exprimer. Sans forcément se mettre de barrières. Sauf que non, dans la vraie vie, ça se passe pas comme ça !

Quand j’ai lancé ce blog, il y a un an (vous en faites pas, il s’est rattrapé depuis… ok, elle était facile mais moins que n’importe laquelle des Bachelorettes. Bon, Suzie, t’as fini avec tes blagues à la con, oui ? Désolée), je ne voulais pas écrire sous mon vrai nom parce que je voulais être libre d’écrire qu’est-ce que je veux d’abord ! *mode gamine capricieuse de 5 ans*

pretty-little-liars

Bloguer anonymement ? Tu parles d’une réussite…

  • Les proches / Chouchou / les potes : Lors de mon premier article, je réfléchissais à parler de mon blog / ma fierté (c’est comme mon fils / ma bataille mais version 2.0) à mes amis, vu que ça allait limiter mes sujets. Ben oui, si tu peux pas bitcher sur ton blog ou parler de ta dernière engueulade avec l’objet de tes désirs, tu parles de quoi ? Après réflexion (d’environ 15 secondes et demi), je me suis dit que si je voulais avoir plus de 2 lecteurs (mon chat et mon poisson), il valait mieux, en effet. Et je n’ai pas fait les choses à moitié : Partages sur Facebook, bouche à oreille, en bonne chargée de com’ que je suis, j’ai mis le paquet. Tout le monde a été emballé et grâce à mes amis, potes et connaissances, Facebook & Cie, j’ai gagné vachement de lecteurs et de visibilité, le tout sans blesser personne. OK, je faisais un peu attention à ce que je disais mais comme je sais choisir mes proches et qu’ils ont tous vachement d’humour (hop, c’est cadeau), ils ont fait comme il fallait : ne pas me prendre au pied de la lettre (j’ai une image très bizarre de moi-même dans une position toute aussi bizarre, suite à cette phrase…) ;
  • La blogosphère : Là, c’est du bonheur (au moins au début). Petit à petit, grâce aux réseaux sociaux (HC, si tu nous regardes), on se lit les unes les autres (oui, lecteurs-hors-blogosphère, je vous le dis : 99% des blogueurs sont des blogueuses !), on commente les articles, on échange, on partage, tout en respectant les pseudos et l’anonymat des unes et des autres. Seulement voilà (tu l’avais vue venir, celui-là ? Ce que t’es fort, lecteur chéri), on finit, comme dans la vie, par en apprécier certaines plus que d’autres, et même par en rencontrer. Puis arrivent les commentaires moins sympas sur des sujets plus délicats (merci les élections, au hasard…) et on réalise que, là aussi, « diplomatie » est un mot à ne pas oublier ;
  • Les collègues : Bon euh… Comment dire ? Il y a deux poids deux mesures avec les collègues. D’un côté, c’est sans conteste notre plus grande source d’inspiration, surtout quand on écrit sur un mode humoristique, parce qu’on passe 80% de notre temps au boulot et que… y a souvent des perles, il faut l’admettre. D’un autre côté, quand j’ai dit à mes collègues que j’avais un blog, je n’ai eu aucun doute sur le fait qu’ils me sortiraient un poli « ah, c’est cool ! » et qu’ils n’iraient ensuite jamais voir à quoi il ressemblait. Dans le cas contraire, que ces derniers se manifestent ASAP, je les attends à la cafèt’ demain à… 10h15, le temps d’arriver, d’enlever mon manteau, machin tout ça. Je porterai un gobelet en plastique et un stylo bic au nom de la société ;
  • Les parents : Un jour, notre blog a tellement de succès (ou plutôt : a fini par arriver sous le nez d’une rédactrice de Biba, tu parles d’un coup de bol) qu’il se retrouve dans notre magazine favori. On le crie sur les toits et on ne peut pas (je vous jure, j’ai essayé, mais rien n’y a fait) s’empêcher d’appeler sa mère pour lui dire que SA FILLE est CÉLÈBRE !!!! Raccourci pour : « Ta fille écrit quelques conneries dans un blog – une sorte de site web dans lequel tu racontes ta life –, lequel a eu droit à 4 lignes parmi d’autres blogs dans les pages « web » d’un magazine féminin qui venait de se faire lyncher à cause des propos mal interprétés (?) de sa rédactrice en chef sur les rondes ». Soit. Mais « Ta fille est célèbre », c’était plus court, je trouvais.
    Bref, mes parents savaient, j’avais peur qu’ils ne comprennent pas mon humour ou me trouvent bizarre ou se disent « Oh my God (ouais, mes parents parlent comme des personnages de Gossip Girl, pas les tiens ?), mais qui est cette fille ?! » mais ce qui en est ressorti, c’est leur fierté. Tellement fiers, mes parents, qu’ils en ont parlé à tout le monde, autour d’eux. Mes grand-parents, leurs amis (ceux que je vois régulièrement), la boulangère du coin ou le livreur de Darty (qui n’en avait rien à battre, mais peut-on lui en vouloir ?).

Résultat : TOUT LE MONDE sait qui je suis. Plus de blog anonyme, je ne peux plus dire tout ce que je veux. L’excuse du « mais je PLAISANTE bordel » que j’utilise déjà au quotidien ne passera pas plus avec mon blog que… ben au quotidien. Pire : Mes vieux articles de l’époque « je m’en fous, j’écris anonymement gnark gnark gnark » sont maintenant passés au crible et me voilà, à nouveau, à faire attention à tout ce que je dis et à m’inquiéter de « ce que pensent les autres »…

Alors que la plupart du temps, je PLAISANTE bordel ! Ou en tout cas, j’en rajoute ;-)

28 réflexions au sujet de « Ce que pensent les autres [comment j’ai perdu l’anonymat] »

  1. L’histoire de ma vie. Au début, je me sentais libre de tout écrire, tranquillement cachée dans mon anonymat. Puis tu en parles effectivement à tes proches. Puis tu rencontres tes lecteurs que tu aimes bien. Puis tu finis par le mettre sur ton CV parce que quand t’es au chômage et que tu as 1500 VU/jour, ça fait comme une référence (chiffre plus du tout d’actualité cause plus le temps de parler aux lecteurs, justement, d’écrire tout le temps, de parler aux autres blogueurs… Je vais le virer de mon CV).

    Puis y a les gens un peu flippants qui collectent des données sur ton blog et t’envoient un mail tout fiers pour te dire qu’ils savent qui tu es (et s’étonnent que ça te foute la trouille). Y a les gens mal intentionnés qui balancent le lien en disant « regarde ce qu’elle écrit gnagnagna ». Du coup, maintenant, dès que des personnes pourraient se sentir visés alors que non, je multiplie les avertissements de type « non, non, j’écris pas ça pour toi qui pourrait te reconnaître ou parce que ci ou ça, juste un sujet dont j’ai envie de parler sans rapport avec ma vie réelle. HEIN HEIN !! »

    Pas fatigant du tout ;)

    • Hmm, super motivant, tout ça ! Si j’en arrive là, je serai sans pitié : je me fais un nouveau blog complètement anonyme, quitte à laisser celui-là pour les articles « montrables » (et à tout recommencer ensuite). Mais j’espère tenir à coup de « je m’en fous, de ce que pensent les autres ! » ;-)

    • En commençant un blog, on sait qu’il est public et qu’on s’expose quoi qu’il arrive. Ça a des avantages de partager tout ça avec ses proches :-) c’est comme pour tout, il faut savoir n’en garder que le meilleur ;-) (Et si je veux vraiment un blog anonyme, je le ferai !)

  2. J’ai hâte de savoir s’il y aura du monde à la cafet’ demain!!! Moi aussi je suis anonyme sans l’être vraiment. Je n’ai pas parlé de mon blog à mes proches, vaguement une fois à ma soeur qui n’a pas cherché à en savoir plus, mais j’utilise mon pseudo depuis très longtemps et il serait facile de me reconnaître si une de mes connaissances tombait dessus. Mais je ne raconte rien de vraiment intime (ça me ficherait trop la trouille qu’on l’utilise contre moi un jour) donc ça ne me dérangerait pas plus que ça.

  3. C’est pour les multiples raisons que tu cites (bon ok, à part le fait d’avoir été célèbre ^^) que j’ai arrêté à plus ou moins contre coeur mes anciens blogs. J’avais ma petite notoriété, un nombre de visiteurs assez bluffant (pour moi hein) et des commentaires tout aussi nombreux. Mais voilà, j’étais prisonnière dans mon propre espace et petit à petit mes articles se sont fait plus rares et pas originaux. ça ne me ressemblait plus. Alors j’ai recommencé à zéro. Certes j’ai moins de visites, de commentaires mais je peux dire enfin ce que je pense sans limite! :)

    • Je t’envie… Je crois que l’option d’associer les deux (un blog « célèbre » – non mais j’exagère, je n’ai pas tant de visiteurs, mais ils sont de qualité ;) et un blog complètement anonyme où on peut se lâcher) est en train de mûrir dans ma tête… Juste pour avoir un défouloir à côté !

  4. J’essaie de subsister en anonyme, mais il faut se faire une raison, les lecteurs/lectrices aiment savoir à qui ils/elles ont à faire !
    Finalement, je me suis décidée à le dévoiler à quelques uns, et puis les autres s’ils le savent, s’ils se moquent de moi, soit moi au moins j’ai pris mon courage à deux mains pour m’exposer ! On critique le blogging comme un truc de poulette, mais c’est quand même grave du boulot quand on s’y mets !
    Le chéri n’est pas au courant « trop nulle les filles qui s’affichent » donc je ne préfère pas lui dire. Hier j’ai été en Une de Hellocoton et BON DIEU j’avais envie de le crier à la Terre entière mais 90% d’entre eux n’auraient pas compris que c’était « mon fils ma bataille version 2.0 », c’est bien dommage, j’adore créer un réseau social via les blogs, bien plus francs et ouverts que le « vrai » monde…

  5. J’ai justement envie de lancer un 2e blog anonyme pour raconter des choses plus perso, plus dures, sans détours et sans kikou Lol je plaisante.
    Bonne analyse et cela m’inquiète : est ce que j’y arriverais?

  6. Je t’ai connu grâce à Biba, et c’est le côté optimiste qui m’a amené ici vu que je vois le verre vide moi! Je me tente à commencer un blog, car j’aime écrire, sans talent, mais une volonté de baffier (français?) sur ma vie et surtout les autres, mais j’ai peur de me faire agresser par des gens trop susceptibles! On verra si je le ferais; faut que je trouve du temps dans mon emploi du temps de sans emploi (ironie, sors de ce corps!)

    Allez, je vais partir à l’exploration de ce blog!

    • Bienvenue, Florine !
      Je ne peux que te conseiller de te lancer, quoi qu’il en soit, c’est très bénéfique, d’écrire ! Enfin je trouve :-) Et le blog permet surtout d’échanger avec des personnes qui ont, en général, de bonnes intentions. OK, il peut y avoir quelques trolls mais ça en vaut la peine ;-)

  7. C’est la raison pour laquelle au bout de deux ans de blog dotn j’avais donné l’adresse à toute la famille (hum!), j’ai décidé d’arrêter ………et d’en ouvrir un second avec un pseudo tout à fait stupide en espérant que personne ne me retrouve. surtout mes parents qui ont un humour aussi subtile que lagaf

  8. Je t’ai connu grâce à Biba. ET c’est TOP !! parce que j’adore, c’est plein de bon sens.

    Je me suis lancée dans un blog il y a pas longtemps et c’est vrai que pour le moment, à part moi et moi, personne n’y va :( Mais je ne désespère pas

    • Moi j’y suis déjà allée suite à l’un de tes commentaires ;-) mais fais gaffe à donner la bonne adresse, si tu dis .com à tout le monde, tu ne risques pas d’avoir beaucoup de visiteurs ^^ Merci pour tes compliments et bonne continuation à toi !
      PS : si ce n’est pas déjà fait, inscris toi sur Hellocoton, ça aide à se faire connaitre !

  9. Et les anciens collègues ça compte??? Non parce que en effet je me serai pas pointée à la cafèt étant donné que je prend connaissance de ton article que maintenant! Mais je suis là toujours là et ne rate aucun de tes articles jeune chouette!!

    • Ha ha ha ! Je n’en doute pas une seconde, ma chouette ;-) Je parlais de mes collègues actuels (qui ne le sont plus d’ailleurs), toi t’es dans la catégorie « amis-potes-proches » maintenant !

  10. Moi, la question de l’anonymat… Ben euh, je dois avoir 15-20 lecteurs a tout casser, et je crois que je peux dire sans me tromper que 99,9% d’entre eux sont des personnes que je connais IRL. Donc, bon, je pense qu’on peut dire que l’anonymat que j’ai conservé en n’écrivant pas avec mon vrai nom vient surtout du fait que je trouve ça plus drôle…
    Ceci étant dit, je ne vois pas comment on ne pourrait pas apprécier ton humour…^^

    • Merci, Louve, si seulement tout le monde avait le sens du 2nd degré ! Mais il y a forcément des sensibilités froissées, parfois, c’est l’jeu. Ceci dit les commentaires comme le tien me prouvent que je fais bien de persévérer :)

Laisser un commentaire