Crise d’adulescence | Crise d’adulescence | | Le Verre à Moitié Plein

Crise d’adulescence

À 18 ans, normalement, on devient adulte. Normalement. Mouais… OK, on a le droit de voter (et on l’utilise ! Encourager ton devoir de citoyen : c’est fait) ou d’acheter de la vodka sans passer par grand frère (ou sans la voler dans le congèl’ des parents – même si ça revient plus cher), mais est-ce que ça fait de nous de grandes personnes ?

Adulescents.jpg

Non. À 18 ans, on passe simplement d’ado à adulescent, et ce statut-là, il dure un moment ! Moi j’en suis une, j’en suis consciente et je l’assume (sauf en entretien d’embauche, paraît que ça ne fait pas partie des 3 qualités / 3 défauts-qui-n’en-sont-pas-vraiment (genre « je suis trop perfectionniste ») à dire).

La preuve :

  • À 28 ans (ou presque), je ne suis ni mariée, ni mère (bien qu’on m’ait déjà dit : « tu es une mère pour moi »… Non j’déconne, ça va pas ?! Le premier qui me dit ça s’en prend une !) et la console de jeux vidéo, là, elle est À MOI. Rien qu’à moi ;
  • Je regarde L’Amour est dans le Pré ou Secret Story pour pouvoir ensuite en parler avec mes copines comme si on parlaient de notre super groupe de potes : « Tu sais que Marla a embrassé Johan ? » – « Nooon ! Mais elle était pas avec Franck ? » – « Siiii justement !! Quelle salope ! » – « C’est clair, mais franchement : ça ne m’étonne pas d’elle… » (Là vous avez pu constater que les prénoms n’étaient pas les bons, ce qui prouve qu’en réalité, je ne regarde pas Secret Story. Du moins, pas en ce moment. Et L’Amour est dans le Pré ? Ben… ça commence que le 2 juillet. C’est pour ça.) ;
  • Je me nourris parfois (souvent) d’un paquet de gâteaux et/ou d’une tablette de chocolat et/ou de fromage en guise de dîner. Mais je l’accompagne toujours, et c’est mon côté adulte, d’un verre de vin rouge. Bon, d’accord, deux :-) (Non, officiellement, pas plus) ;
  • Mon appartement fait moins de 20m² et ça ma plaît, parce que le ménage est beaucoup plus facile à faire. Et encore, je ne le fais toujours pas… (et je me fais disputer par ma mère quand elle vient – d’ailleurs ce n’est pas pour rien que je ne l’invite plus !) ;
  • En revanche, je profite des 120m² de la maison de mes parents, quand je leur rends visite, pour me faire servir le dîner (un vrai repas, avec des légumes, de la viande et des fruits) ou pour faire ma lessive, même que mon linge est tout bien repassé après ;
  • Dans moins d’un mois, je serai dans une situation d’étudiante : Pas de boulot, pas vraiment de notion de ce qui m’attendra dans l’année, un été à glander profiter sans se poser de questions, jusqu’à la rentrée. Et je l’ai cherché !
  • Quand on est « en chasse » avec les copines, on débat comme des ados sur le premier rencard et sur les sms reçus, à la lettre près, et on peut passer une soirée à décider ENSEMBLE de la réponse qu’on va donner à un « Comment ça va ? »… Pathétique ? Non, non, normal :-)

Voilà. C’est un fait : Je suis une vraie adulescente. Et en relisant la liste ci-dessus, je me dis que je n’ai aucune envie de grandir plus que ça, finalement !

Je vous laisse, je vais aller regarder l’orage et rêver que je me cache sous la couette en l’entendant… Oui, en plus de mon statut officiel d’adulescente, j’ai celui d’enfant éternel. Et j’adore ça ;-)

3 réflexions au sujet de « Crise d’adulescence »

  1. Tiens, moi c’est pareil sur tous les points ;)

    Et je me pose des milliards de questions sur les raisons du silence d’un mec, je saoûle tout le monde avec ça comme une ado (« et tu crois que ça veut dire quoi ? », « et si je lui dis ça, il va
    réagir comment ? ») !

Laisser un commentaire