Don’t worry, be happy! | Don't worry, be happy! | Le Verre à Moitié Plein

Don’t worry, be happy!

L’autre jour, j’ai lu un texte tellement vrai, émouvant et beau – bon, enfin en réalité, il était surtout sympa, et le fond m’a plu – sur une carte postale dans une boutique souvenirs d’un coin touristique de l’Irlande (t’as vu, un peu, comme je suis capable de me cultiver n’importe où et par n’importe quel moyen ?) que… Attends, je coupe la musique. Incroyable comme ça me déconcentre d’écouter des chansons du chef d’oeuvre de série Glee pendant que j’écris ! Obligée de couper Grooveshark, tu le crois ça ? Je disais donc, tellement il était vrai et sympa, ce texte, que j’ai pensé à vous. Parce qu’il disait « Why worry? » (Ben oui, c’était de l’Anglais, rapport au pays, tout ça, mais je te rassure, lecteur, je vais te faire la traduction et tout ira bien) et que mon blog parle justement de voir le bon côté des choses (Ah ben ça ça tombe bien alors !).

Don't worry be happy

Alors lecteur, imprègne-toi bien de ce qui va suivre – surtout si tu es du genre à facilement déprimer ou râler (vive les Français ! Je vous assure qu’en Irlande, c’est pas le même genre, pourtant c’est pas faute d’avoir la crise / la famine (jadis) / un accent à couper au couteau : les Irlandais savent relativiser ! Surtout autour d’une bonne Guinness. Faut dire que ça aide) ou si toi aussi, le soir, tu rentres chez toi en sachant que tu as 99% de chances de retrouver Chéri qui tire la gueule (à défaut d’autre chose). Je risque d’avoir des problèmes pour avoir dit « si toi aussi« , non ? (Oui bah hein !)

Rappel : la source étant en Anglais, je te retranscris ça pêle-mêle.


Pourquoi s’inquiéter ?

Dans la vie, il n’y a que 2 choses qui doivent vous inquiéter : Suis-je en bonne santé ou suis-je malade ? Si vous êtes en bonne santé, alors il n’y a pas de quoi  s’inquiéter – surtout si on a entendu dire que The Voice serait reprogrammé l’année prochaine (Ouf !)

Si vous êtes malade, il n’y a que 2 choses qui doivent vous inquiéter : Vais-je aller mieux ou vais-je mourir ? (je te jure qu’ils disent carrément ça, genre t’as cru que ça parlerait pas de trucs graves mais SI! Mais attends la suite, tu vas voir, ça le fait) Si vous êtes sur la voie de la guérison (à défaut d’être sur la voie de la sagesse, ça se saurait), alors il n’y a pas de quoi s’inquiéter. 

Si vous allez mourir, il n’y a que 2 choses qui doivent vous inquiéter : Vais-je aller au Paradis ou en Enfer ? (Si on en croit le génie de la chanson du siècle dernier – Michel, si tu nous regardes -, « on ira tous au Paradis, même moi et c’est pas peu dire ! » (je suis une pro des karaokés, aucune parole ne me résiste)) Si vous allez au Paradis, alors il n’y a pas de quoi s’inquiéter (c’est un peu répétitif ce texte, là, nan ?)

Mais si vous allez en Enfer, vous serez bien trop occupés à faire la bringue avec vos potes. Donc vous n’aurez pas le temps de vous inquiéter !


Voilà, lecteur, la philosophie irlandaise dans laquelle je baigne depuis plus de 9 mois maintenant ! Et ça me correspond bien. Alors écoute ce qu’on te dit et arrête de t’inquiéter : y a aucune raison ! ;-)

Hop, petit bonus parce qu’elle me donne la pêche, cette chanson :

PS : Sinon, tout va bien, je bosse chez Google maintenant ! Je te raconterai ça en temps voulu…

Laisser un commentaire