Free Mobile : Merci bien ! | J'ai testé pour vous : Free Mobile | Le Verre à Moitié Plein

Free Mobile : Merci bien !

Une fois n’est pas coutume, je me lance dans un sujet sérieux, d’actualité et de société : Ma critique hyper constructive (et objective, ça va de soi) de la souscription à l’offre Free Mobile. En plus, ça va être bon pour mon référencement, ça (Vous savez le nombre de personnes qui tapent Free Mobile sur Google dans l’espoir de trouver une réponse à leurs peurs et leurs doutes en ce monde incertain ?! Ne bouge pas, lecteur, lis ce qui suit, je vais te dire quoi faire – mais à la fin, faut pas charrier).

free mobile-copie-1

Alors voilà : fervente admiratrice de Free depuis un bail (même que j’ai la Freebox depuis que j’ai quitté mes chers parents donc je vous laisse faire le calcul… Je sais bien qu’il vous manque certaines données pour ça, mais c’est un peu le but !), j’attendais avec impatience, depuis l’annonce par le gentil Xavier Niel des tarifs révolutionnaires de ce forfait mobile sans engagement, soit en janvier dernier, que ma première année d’engagement (justement) chez SFR se termine pour n’avoir à payer qu’un quart de ma résiliation. Ce jour est finalement arrivé en ce début août : ni une, ni quatre, je fonce sur mobile.free.fr (attends avant d’y aller, je te dis !) et je souscris à l’offre à 15,99 € réservée aux abonnés Freebox (Trop VIP, que je me sentais). Avec la portabilité de mon numéro chéri que j’ai depuis un bail, détail qui a son importance (wait for it – Barney, si tu nous regarde) et qui m’évite l’envoi d’une lettre de résiliation à SFR de type : Cher opérateur, cela fait maintenant 12 ans que tu me saignes avec tes tarifs exorbitants, il en est fini de notre histoire. The end.

Au départ, que du bonheur : Nous sommes le 7 août, mail de confirmation reçu dans la foulée, portabilité du numéro annoncée pour le 13 août et carte marquée comme « expédiée » 2 jours avant, un peu juste, certes, mais en courrier prioritaire, il faut un jour, en réalité, donc génial, Monsieur Free mobile ! Que je me dis… Sauf que non : C’est là que les ennuis commencent…

13 août : Pas de carte sim. 14 août : Mince, pas de carte sim et plus de téléphone (sachez que dans ces cas-là, ceux qui ont tenté de m’appeler, Ô combien nombreux – rapport à ma célébrité incontestable – tombaient sur un « numéro non attribué », forcément… classe). Comme le 15 août arrivait, j’ai acheté une Mobicarte (vivre sans téléphone plus de 2 jours, moi ? Tu m’as bien regardée ?). 16 août : Bon, là, ils abusent, toujours pas de carte sim ! Je ne vais pas vous faire tous les jours du mois d’août, chers membres de mon lectorat, car la répétition de ma déception à chaque ouverture de boite aux lettres risque fortement de vous lasser…

Sachez quand même que j’ai appelé le 3244 (le service clients de Free, ndlr) le 20 août, soit 10 jours après la soi-disant expédition de ma tant attendue simounette (je n’avais pas encore choisi son petit nom, par superstition, sans doute). Réponse : « Nous avons eu un retour de la carte avec la mention NPAI sur l’enveloppe, c’est votre faute, vous habitez où alors, hein ? Hein ?! ». OK, je romance un peu, mais en gros, l’enveloppe fictive n’est jamais arrivée chez moi alors que l’adresse était la bonne, que non, il n’y avait aucun complément d’adresse (connasse) et que oui, le facteur m’avait bien livré le reste de mon courrier (alors arrête un peu de te foutre de ma gueule ok ?) – les parenthèses étant des éléments internes à mon cerveau et non des mots sortis de ma bouche parce que je suis polie, moi, quand même. Hop, ouverture d’un ticket incident pour « analyser d’où vient le problème avant de réexpédier une carte » : Temps de traitement inconnu, donc peu d’espoir de récupérer mon cher numéro rapidement. 2 jours plus tard, je rappelle le 3244 et invoque une éventuelle faible lisibilité de mon nom sur la boite aux lettres, mais « c’est bon, c’est réglé, renvoyez moi ma carte sim par pitié (sinon je te pète les genoux) ». Le Monsieur, très serviable (ah ça ! On ne peut pas le leur reprocher hein : ils sont polis, chez Free !) me dit qu’il s’en occupe dans la journée et que je devrais la recevoir avant le samedi 25 (nous sommes mercredi). On parie ?

sosh.jpgBref, aujourd’hui, nous sommes le 30 août, je n’ai pas vu l’ombre d’une carte sim. Enfin si : celle de Sosh. Commandée le 24 août en fin de journée (un vendredi – parce que je n’ai aucune patience et que je n’aime pas qu’on me prenne pour un pigeon), reçue le mardi 28 août à midi (en point relais) et activée dans la journée grâce à un mail reçu pile dans les temps. Chez Sosh (by Orange), on effectue pas la portabilité n’importe comment : on vous propose de la programmer et on vous fournit un numéro provisoire (car OUI : vous aurez forcément reçu la carte sim avant ça). Bon, de mon côté, j’ai dit adieu
à mon numéro de mobile (merci qui ? Merci Free !) car Orange n’a jamais pu récupérer ledit numéro sur une ligne inactive, forcément. Ce qui m’a permis de harceler tous mes contacts avec divers sms à base de « ça c’est mon numéro provisoire (Mobicarte) », « Ah ben ça c’est encore mon numéro provisoire, mais un autre (Sosh quand je croyais que j’allais récupérer l’ancien) », « En fait c’est mon numéro final, garde le et ne me vire pas de tes amis parce que je suis chiante, merci d’avance »…

Conclusion, chères lectrices, chers lecteurs : Si vous aussi, vous voulez récompenser Free d’avoir révolutionné les tarifs mobiles, vous pouvez. Déjà, mon aventure n’est pas une généralité et certaines personnes reçoivent tout bien comme il faut. Mais un conseil : ne demandez pas la portabilité, attendez de recevoir la fameuse carte sim avant de la demander (oui, oui, c’est faisable). Et regardez quand même ailleurs ce qui s’y passe (B&You, Sosh…) car les offres sont devenues vraiment intéressantes !

Mais pour ça, je ne peux que l’admettre, sans ironie, cette fois : merci Free ! Tu auras quand même fait avancer les choses :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 réflexions au sujet de « Free Mobile : Merci bien ! »

  1. C’est bien le genre d’histoire qui pourrait m’arriver. Mais pour le coup ma demande de portabilité et la reception de ma carte sim free se sont déroulées sans encombre et dans les
    délais annoncés (mais c’était en mars dernier)

  2. Je me tâte à prendre une freebox, mais le fait que tout soit géré par internet me gêne un peu. Chez SFR ou Orange, au moins, on peut aller hurler poliment sur les vendeurs… certes, ça ne fait
    pas avancer le débat en général. Mais ça défoule !

    Sinon, ça fait 6 mois que je vis sans portable, et ça se fait… quand on a internet par contre !

  3. Oh la vacherie ! c’est en plus ce que je voulais faire, passer chez free car comme toi j’ai eu la toute première freebox et tout ! Alors merci pour le partage d’expérience, je vais prendre
    davantage de renseignement. et sinon rien à voir : quelle style ! je dirais même quel talent ! là je parle de toi bien évidemment et de ton écriture ! j’ai passé un bon moment en prime ! bises

Laisser un commentaire