J’ai testé pour vous : Savoir (vraiment) déconnecter | J’ai testé pour vous : Savoir (vraiment) déconnecter | | Le Verre à Moitié Plein

J’ai testé pour vous : Savoir (vraiment) déconnecter

(Tu remarques la méthode on ne peut plus subtile qui consiste à se servir d’un article comme excuse pour ma longue absence bloguistique ? Connaissant ton sens incroyable de la déduction et ton intelligence, je n’en doute pas une seconde. Oui, je me sers toujours de la flatterie pour me faire pardonner. Tu m’as manqué. Ça marche ou pas ?) – Ah, ça faisait longtemps, la monologue dans la parenthèse ! Bien le bonjour, mes lecteurs chéris, me voilà de retour dans le monde réel :)

Vous noterez que le monde réel, ici, c’est en fait le monde virtuel, puisqu’on fait savoir aux gens qu’on est de retour en le postant sur les divers réseaux sociaux (ou en écrivant son premier article depuis près d’un mois… Record battu !) : « Back to Paris! 15° de moins et retrouvailles avec le métro : Dur le retour ! ». Ça, c’est typiquement le genre de statuts qui vont fleurir tout au long du mois d’août sur vos walls (n’oubliez pas qu’avec Facebook, placer quelques mots d’anglais, genre « j’ai des amis partout dans le monde », ça fait classe). On pourrait croire que c’est une annonce qui succède à une longue période de silence, et pourtant, avant ça, vous aurez eu droit aux photos des grandes places, plages/coucher-de-soleil et autres assiettes locales, commentaires et localisations à l’appui, une bonne douzaine de fois par jour. Pas pour la même personne hein, enfin… en principe.

Et là, lecteurs, lectrices (on vous exploite, on vous… ah non, c’est pas ça), il va falloir m’expliquer un truc : Quel est l’intérêt de partir 3 semaines à Bali (je vous hais, si c’est vraiment la destination de vos vacances) si vous passez 90% de votre temps téléphone portable en main, à prendre photo sur photo, chercher le morceau de plage qui capte en 3G et poster le fruit de votre art sur Instagram au lieu de simplement… le vivre ? Sans compter que c’est impoli vis-à-vis de vos coloc’ de vacances, ce qui rejoint un peu ce que j’expliquais ici. Mais à la limite, les autres, on s’en fout (puisque l’enfer, c’est les autres, qu’y paraît – non, je n’ai pas plus lu en vacances que durant le reste de l’année mais j’aime bien faire genre « je connais des trucs, t’as vu »).

deconnecter-avion-depart.jpg

Du coup, pour vous aider à vous désintoxiquer de TOUT ce à quoi vous êtes habituellement connectés 24/24h, voici quelques astuces simples à appliquer en vacances (et qui vous serviront si, contrairement à moi, vous n’êtes pas encore partis) :

  • Laisser un pseudo-message de répondeur sur tous vos réseaux sociaux, type « Départ pour Bali ! – à : Aéroport Charles de Gaulle, Roissy« , laissant entendre à vos « amis » que vous serez peu joignables durant les semaines qui suivent ou, au moins, jusqu’à un nouveau signe de votre part. Variante : « Départ pour Dunkerque… – à : Gare du Nord, Paris« , moins exotique, certes, quoique plus original, on ne peut pas le nier. Bali, c’est d’un classique ! *jalousie à peine cachée*
  • N’emmener son portable que pour le laisser dans la chambre / à la maison / dans la yourte (chacun son style) : Vous verrez qu’on l’oublie assez vite, une fois qu’on sait qu’on ne peut pas le consulter. Vous attendez un appel de maman chérie ? Tant pis, elle laissera un message – et comprendra peut-être qu’à 32 ans, il est normal pour vous d’avoir une vie dans laquelle TOUT ne peut pas lui être raconté…
  • Partir dans la Creuse. Ou n’importe où ailleurs où on ne capte pas la 3G, ni même le Edge, ni même le réseau mobile, finalement. Et découvrir une chose incroyable : Quand on n’a pas le choix, on se passe très bien de certaines choses !
  • N’emmener son laptop (PC portable, Ipad, netbook…) que pour pouvoir regarder la dernière saison de True Blood pendant les 5 heures de train (Attention : certaines scènes sont susceptibles de choquer le gamin de 8 ans qui se goinfre de fraises tagada, derrière vous). Ou de Dexter, à la limite (Et si vous n’avez toujours pas commencé Dexter, vous ne savez pas ce que vous ratez ! NDLR). Si réseau Wifi il y a, là où vous allez : le laptop, vous l’oubliez. Vous lirez, à la place. Pour la peine.

Vous aurez bien assez d’heures à passer sur l’ordi au retour (transférer ses photos / consulter les 1384 statuts ratés / commenter les albums des autres / bosser, un peu, peut-être ? Ah oui, tiens…) pour ne pas en rajouter pendant vos VRAIES vacances. Donc profitez !!!

Moi, c’est ce que j’ai fait. Et ça valait le coup :) Et pour vous ?

2 réflexions au sujet de « J’ai testé pour vous : Savoir (vraiment) déconnecter »

  1. Par contre, le coup du message sur FB qui dit  » A : Gare de Guéret, Creuse« , c’est beaucoup moins sexy que Bali ! Et probablement plus facilement joignable que Bali également…

     

    Sinon, là, je suis en vacances, et sur mon ordi ! Pas bien du tout !

Laisser un commentaire