La guerre des ex | La guerre des ex | Le Verre à Moitié Plein

La guerre des ex

S’il y a bien un sujet qui a des chances de concerner tous mes (nombreux ! De plus en plus, d’ailleurs, merci au passage) lecteurs, c’est bien celui-là. À part pour le puceau de 42 ans qui a trouvé ce blog par erreur (en tapant « maso », « timide XXL » et « gay », par exemple) et qui, excité par la photo de chaudasse-qui-croque-la-pomme (et qui va mettre du gloss partout, avec ses conneries), est allé jusqu’à cliquer (hey ! Bienvenue à toi !), vous avez tous un (voire plusieurs – je sais, ça peut choquer mais c’est pourtant souvent le cas) ex.

girls-hannah-adam

Et décider de revoir son ex, c’est un peu comme monter sur un ring de boxe…

Round 1 : En parler à Chéri-chérie

Déjà, si vous êtes en couple (chanceux-se que vous êtes : vous ne passerez pas la soirée de jeudi devant « Qui veut gagner des millions » – Mais siiiii, j’te jure, ça passe jeudi soir ! Ha ha, t’as envie de boycotter la Saint Valentin, d’un coup, hein ?), il faut passer par la case « embrouille ». Pourquoi ? Essayez : « Chéri, hum. T’es de bonne humeur là ? Bon. Tu te souviens de euh… Christophe ? (Chéri fait maintenant la tête d’un ado dont la petite sœur aurait débranché la Nintendo alors qu’il n’avait pas sauvegardé depuis 1h43 exactement – oui, c’est old school, je sais, mais avouez que ça vous parle) Oui hein ? C’est bien ce que je redoutais… On va boire un verre ensemble la semaine prochaine ! (sourire d’ange pour faire passer la pilule) ». S’ensuit l’argumentation du siècle pour tenter de prouver à Chouchou que non, on ne veut pas se remettre avec Christophe mais qu’on a eu des nouvelles et que, comme ça fait un bail et qu’il nous a proposé un verre et qu’on est une femme indépendante, forte et mature (et ayant une envie folle de lui balancer notre bonheur actuel à la gueule mouahahahah !), ben on voudrait bien y aller, mais juré c’est TOI QUE J’AIMEUH !!! (On peut même retourner la situation et faire la gueule à Chéri parce qu’il ne nous fait pas confiance, quoi, non mais c’est vrai !)

Chéri a capitulé (même s’il ronchonne dans son coin et qu’il va vous bassiner avec ça un bon moment, mais à sa place, vous auriez été 10 fois pire, alors n’allez pas vous plaindre, en plus).

Round 2 : Le face à face

En adulte discipliné, chacune des deux parties (ex et vous-même) a fait mine de consulter l’autre pour décider de l’heure et du lieu du comb… de la rencontre (oui parce qu’à l’époque, quand vous n’étiez déjà plus d’accord sur rien, c’est à peine si vous osiez proposer un épisode de Dexter, de peur que ça se transforme en prise de bec. Dexter, quoi ! Une valeur sûre, pourtant !). Toute fille normalement constituée va mettre le paquet sur sa tenue, son maquillage et son apparente confiance en elle : Le match a déjà commencé. En effet, cela aura pour conséquence de réellement lui donner confiance en elle et donc, de mieux affronter une éventuelle claque du style « waow… il est beaucoup plus beau qu’avant, l’enfoiré ! » – Maturité oblige. Comme Carrie avec Aidan (SATC: Les références qui tuent). Si, en arrivant, elle se dit « mouais… il est pas mal, ok (quand même, elle l’a aimé, elle ne va pas se dénigrer en critiquant le physique de l’ex et donc, ses propres goûts ! Ne vous ai-je donc rien appris ?), mais moi, je suis une bombe (Mouahahah bis) ! » : 10 points.

normal_ep58_carrie_aidan

Puis, on assiste à un comptage des points qui n’en finit plus :

  • Je ne ressens plus rien pour lui >> +10 pour moi ;
  • Il me parle de sa copine, des étoiles dans les yeux >>  +20 pour lui (grrr) ;
  • On parle du passé sans animosité >> +30 mais ex æquo (aurait-on grandi ?) ;
  • On a même tiré des leçons de nos erreur (là, ça n’a pas de prix. Pour le reste…) ;
  • « Même si, bon, tu admettras que t’étais vraiment pas facile à vivre » (aïe… mais pourquoi je vais par là ?)
  • « Tu veux vraiment aller par là ? » (Ben justement, je venais de dire que non !)

Il finit par nous balancer nos 4 vérités à la figure (vous savez, celles qu’il n’a même pas osé dire quand il nous en voulait beaucoup parce que, de rage, on avait balancé par la fenêtre ses fringues, sa Playstation 3 et son Jack Russel. Oui mais on était très très en colère). Et ça fait mal (mais pas autant que pour le pauvre Jack Russel*)… Battue par chaos !

Round 3 : Passer à autre chose

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cet affrontement (y a-t-il d’autres mots ?) fut éprouvant ! C’est pile le moment où on pourrait choisir de revenir à nos vieilles rancœurs et se complaire dans les « de toute façon, il ne me méritait pas » ou « c’est qu’un con ! » (façon Marla dans Bref), qui soulagent, certes, mais ne font pas avancer le shmilbl… le schmilili… les choses, quoi !

Alors que franchement, ce combat, on n’a pas besoin de le gagner. D’ailleurs, ce n’en était pas vraiment un (Super, Suzie, tu nous ponds tout un truc sur un autre truc qu’existe même pas au final : Merci !) : On est heureuse, aujourd’hui. On a fait des erreurs (ça oui ! Mais c’est l’jeu, ma bonne dame), on a compris ce qu’on ne devait pas refaire – ou au contraire, refaire absolument – et la rancœur a laissé place à autre chose. L’ex devient alors un souvenir (joli, dans la mesure du possible – Il est facile de ne retenir que le meilleur. Bon, sauf si c’était vraiment un con hein, faut pas abuser), voire un pote (mais c’est moins évident) et on lui souhaite même, aussi, d’être heureux.

Parce qu’on a vraiment la classe, en fin de compte. Et une fois qu’on en est là, on a tout gagné !

*Aucun Jack Russel n’a été endommagé pour les besoins de l’article. Ni même utilisé dans des lasagnes surgelés, c’est dire.

14 réflexions au sujet de « La guerre des ex »

  1. Mais euh j’suis pas puceau de 42 ans mais j’me sens pas trop concernée (mais j’ai quand même lu ^^)! Ne discriminons pas les handicapées sentimentales qui n’ont pas de passé amoureux, svp ! :D

    Alors oui j’ai bien quelques ex, dont celui que j’suis restée avec le + longtemps, 3 mois wow ! Que y’avait pas de zamour (la raison de la séparation d’ailleurs) et qu’on est resté en bons termes, même que je suis allée à son mariage :)

    • Quelle idée, en même temps, de pas être un puceau de 42 ans…
      Non mais attention, je n’ai pas dit que tout le monde allait se reconnaître dans mon article, simplement que la majorité des lecteurs avaient certainement des ex, c’est tout ;-) Et tu ne m’as pas fait mentir ! (ouf !)
      Mon objectif étant de faire rire et pas de faire dire à tout le monde « ah mais ouais, c’est moi, ça ! » (vu que je suis unique, machin tout ça) (mais je m’égare, là)

  2. allllez, je m’y retrouve complètement dans cet article ! J’ai justement revu mon premier grand amour (d’adolescence) début janvier, au bout de 10 ans d’absence, bah c’était exactement ça : comptage des points, on se balance sous de faux rires quelques vacheries sur nos défauts de l’époque, et on repart en se souhaitant que du bonheur.
    J’en ressors grandie, j’ai appris que les sous-vêtements de couleur verte, aussi sexy soient-ils à nos yeux, sont complètement anti-sex aux yeux des mecs… Soit j’ai plus rien à me mettre, soit je me trouve une chérie ! ;D

  3. Je n’ai jamais eu à subir ce genre de retrouvailles et tant mieux ^^
    Aujourd’hui je me contente de Facebook, et même si je n’ai pas mon ex « en ami » (manquerait plus que ça !), sa photo de profil où je vois qu’il est QUASI CHAUVE à 24 ans me rempli de joie :D

Laisser un commentaire