Le Fasting, ou ma révélation alimentaire | Le Fasting, ou ma révélation alimentaire | Le Verre à Moitié Plein

Le Fasting, ou ma révélation alimentaire

Aujourd’hui, lecteur adoré, je vais te parler de mon nouveau mode d’alimentation : le fasting, ou jeûne intermittent. (Je sais, je t’avais dit que je te parlerais des mono-diètes avant, mais en fait, je n’ai fait qu’une journée de mono-diète alternée, une fois où j’étais dans le délire, il y a quelques mois, et à part t’apprendre que manger des bananes sans Nutella, du riz sans beurre et des carottes sans huile, c’est assez déprimant, j’ai pas grand chose à te raconter… Mais si tu es dans le trip « Wouhou, c’est l’automne, faisons une cure de raisin ! », je t’encouragerai juste fortement à faire quelques recherches d’abord, parce que c’est pas forcément une idée brillante – et je ne remets pas en question ta capacité de jugement, non non, loin de là – mais quand même. D’ailleurs, lis la suite, je vais t’expliquer pourquoi. Bon, tu la fermes, ta parenthèse, oui ??!)

Girls-foodRevelation

Mais c’est quoi, au fait, le fasting ? En français, « fasting » signifie « jeûne » (l’accent circonflexe a son importance, car pratiquer le jeune, même de façon intermittente, ça fait un peu cougy (cougy = cougar de moins de 35 ans, j’ai appris ça dans les textapes d’Alice) et même si ça peut aussi faire maigrir, je te jure que je ne « pratique » personne de plus jeune que moi en ce moment), qui est, comme le dit Wiki-chéri : la privation, volontaire (ou non), de nourriture, accompagnée (ou pas) d’une consommation d’eau. Donc là tu me dis « ouais, bon, en gros, tu veux maigrir, t’arrête de manger. Super, ta révélation ! ». Oui mais non (chut, tais toi quand je parle !), le fasting intermittent, c’est bien mieux que ça…

Le principe

Dans une journée de 24h, le fasteur (c’est moi ! Ouaip, j’ai inventé ce mot) va jeûner pendant 16 heures (t’affole pas : dont 8 heures de sommeil, déjà, ça limite la casse) et ne se nourrir que pendant 8 heures – en restant raisonnable. Et devinez quel repas y passe ? Le petit-déj’ ! Du coup, c’est simple : Tu manges entre, par exemple, 13h et 21h, puis plus rien jusqu’au lendemain 13h ! Enfin si : café ou thé (sans lait ni sucre), ou toute autre boisson qui n’apporte aucune calorie. Donc c’est tout bon pour mon Coca Zéro du matin des lendemains de cuite (au hasard)… Mais pas pour mon orange pressée (offerte chez Google… Oui, je sais, je suis maso !).

Mais le petit-déjeuner, c’est le repas le plus important de la journée, non ?

Eh non, lecteur, je t’arrête tout de suite : Cette idée que nos parents nous ont bien ancrée dans la tête est fausse ! (Ah ! Tu vois que je t’en révèle des trucs, là, hein ? Tu vas pouvoir faire la leçon à ta mère qui te forçait à boire ton chocolat du matin alors que ça te donnait la nausée…)

Car en fait, le mythe du petit-déjeuner remonte à longtemps avant notre époque : Dans les années 50, les travailleurs se levaient à l’aube pour aller faire un job physique, dans les usines, pour la majorité. Ils ne se contentaient pas de prendre le métro (ou la voiture) pour passer directement du lit à la chaise de bureau (et c’est parti pour 8 heures collé à l’écran, avec 2 aller-retour jusqu’aux toilettes et un jusqu’au Franprix du coin). Du coup, eux, OK : il leur fallait leur dose de calories pour avoir de l’énergie ! Au même moment, Kellogg’s en a profité pour lancer son lobbying sur les céréales et depuis, non seulement on mange le matin, mais en plus, on choisit des aliments riches en glucides (pain, céréales, confiture)… Erreur !

Pourquoi les glucides, c’est moche ?

Si comme moi, vous avez déjà eu cette sensation de malaise (sueurs, vertiges, vue troublée) ou tout simplement l’estomac qui crie famine (FAMIIIINEEEUH !) vers 11h du matin alors que vous aviez mangé 3 tranches de pain beurré et un bol de céréales, ne cherchez plus : C’est la faute aux glucides ! En effet (j’ai un peu l’impression d’être la nouvelle présentatrice de « C’est pas sorcier », là…), les glucides vont vous apporter une énergie immédiate, qui sera soit vidée rapidement (si vous faites du sport), soit… stockée sous forme de gras (hum ! Sympa !) mais surtout, ils vont créer une dépendance dans votre corps : Dès qu’il aura besoin d’énergie, il cherchera cette énergie rapide dans les glucides. Si le stock est épuisé : C’est la fringale assurée (ou la crise d’hypoglycémie) !

Faites le test : Remplacez votre petit déj’ favori par du jambon ou des œufs, du fromage, et surtout pas de pain ni de céréales (bref, zéro glucides, on te dit !). Alors, vous avez faim, à 11h ? Normalement, non (ou alors vous êtes de mauvaise foi, vu que j’ai toujours raison) et du coup, si vous ne mangez rien, c’est pareil : pas d’appel de glucides, donc pas de dépendance, pas de malaise, et après quelques jours à ce rythme, même plus faim le matin !

(Là, vous comprenez un peu pourquoi les cures de raisins – uniquement des glucides – ne sont pas forcément une bonne idée… Apparemment, il serait plus sain de faire un vrai jeûne plutôt qu’une mono-diète. Qui dit mieux ?)

Les résultats du Fasting

En plus de jeûner 16 heures par jour, j’ai donc aussi mis le holà sur les glucides en général : Pratiquement plus de pain, de pâtes et de riz, plus de produits transformés (là, je m’inspire du régime paleo) et beaucoup moins de sucre (mais toujours quelques écarts avec du chocolat, entre autres : faut quand même pas pousser !). En revanche, je me lâche sur le gras, car ça, je peux ! Donc des légumes, OK, mais avec de la crème et/ou du fromage, du beurre et de la viande rouge si je veux, sans compter noisettes, amandes, olives, etc. Oui, je peux encore me faire plaisir (et ça, c’est vachement important dans la vie, tu trouves pas ?).

Du coup, mon corps, quand il a besoin d’énergie, il le prend où ? Bingo : Dans les lipides ! Tout le gras avec lequel j’ai remplacé les méchants glucides :-) Et si y en a plus ? Directement dans la bonne réserve de gras que je lui ai gardé tout ce temps exprès (si je suis pas adorable avec lui, franchement ?).

Regime-intermittent-fasting1

J’ai commencé il y a 3 mois environ et j’ai perdu 4 kilos, ce qui n’est pas énorme, mais j’ai surtout perdu du gras, donc ça se voit ! En plus, ça n’a pas d’influence sur mon moral (à part que je me sens mieux dans mon corps donc forcément, dans ma tête aussi) et puis, soyons honnêtes, je fais souvent des écarts [épicurienne inside], ce qui explique que je perde lentement mais… sûrement ! ;-)

Si ça vous tente, je vous recommande le blog de JB (qui sont certainement les initiales de quelque chose, mais c’est un grand mystère, on ne saura sans doute jamais si c’est Jean-Bernard ou José-Baptiste), il est hyper complet (son blog, hein… lui je le connais pas).

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 réflexions au sujet de « Le Fasting, ou ma révélation alimentaire »

  1. Justement je suis dans un défi « be bonnasse », je vais faire ça car je mange aussi seulement entre 12h30 et 20h :D mais bon je mincis passsssssssssssssssssss je mange trop de féculent ! ahhhh

    • Ha ha, je te comprends : ça a été la galère pour moi qui suis fan absolue de pâtes !!! Mais quand je vois le résultat, je me dis que ça vaut le coup de les limiter, au moins. Rien que le fait d’y faire gaffe (« tiens, ai-je besoin de manger ces 4 tranches de pain avec mon riz et ma pizza ? »), tu vas voir, ça marche. So… bonnasse soon? ;-)

    • Waow, un commentaire de « ZE » Jean-Bernard/José-Baptiste, je suis honorée ! :-) Merci JB, pour tous tes super articles qui m’ont permis de pondre ce résumé (j’ai eu beaucoup de mal à n’écrire « que » ça, vu l’ampleur du sujet), et surtout merci pour mes 5,5 kilos en moins depuis que j’ai commencé le fasting ! (Dit-elle en mangeant un carré de chocolat… Ouais mais bon, est-ce ma faute à moi, si c’est l’heure du goûter ?). Bonne continuation !

  2. Salut,
    Tu penses que le coca zéro ne t’apporte pas de calorie mais tu te trompes sur toute la ligne. Le sucre est présent sous diverses formes, notamment dans les édulcorants, cela permet d’en mettre moins que du sucre mais une plus petite quantité vous rendras tous aussi accro et les industriels le savent. Les édulcorants sont une tentative d’obtenir le beurre et l’argent du beurre. Ils ont une teneur qualorique très faible mais mais induisent l’envie de toujours manger plus pour chercher ces calories. Tu penses alors faire du bien à ton corps en te faisant plaisir tout en abîmant ta santé. Ce régime semble correct mais SANS le coca zéro.

    • Merci pour le commentaire, Paul ! J’avoue que je me suis souvent posé la question… Pour le moment, je suis passée du Coca Zéro (que je boycotte désormais pour des raisons éthiques) au Breizh Cola Zéro. Idéalement, il faudra que je le supprime, mais je ne suis pas encore prête, je suis une vraie accro au sucre ! Mais tu as raison, et j’y travaille ;-)

      • De plus, il semblerait que l’aspartame provoquerait la production d’insuline chez certaine personnes. Donc à absolument éviter en lendemain de cuite lol
        Perso dans ces cas là je passe ma journée à ne boire que de l’eau et j’attend le soir pour manger car laisser l’estomac se reposer un lendemain de cuite, ça me semble une bonne idée ><
        Et surtout à bien faire gaffe pendant les apéro : ne consommer que de l'alcool faible en glucide (pour moi, vin rouge, je suis bordelais lol ou encore du bon rhum ambré sec hehe) et éviter les gateaux apéro bien gras et le saucisson. Préférer manger clean, à savoir légume et protéine.
        Bon courage, bonne continuation ^^

Laisser un commentaire