Oldelaf : L’Artistitude… | Oldelaf : L'Artistitude | Le Verre à Moitié Plein

Oldelaf : L’Artistitude…

« L’Artistitude
C’est quand tu chantes des chansons qui font rire les gens,
C’est quand t’as plein de fans mais sans être arrogant
Quand en plus de tout ça, t’as vraiment du talent
quand t’es sur scène »

Oldelaf et ses musiciens

Bon… Je n’ai certes pas la plume d’Oldelaf, quand il s’agit d’écrire un texte destiné à l’industrie du disque. D’ailleurs, vous remarquerez que je fais ici une exception, en écrivant un article sur un artiste (Hein qu’t’avais remarqué, lecteur chéri ?). Mais je trouve qu’il le vaut bien – en passant, je trouve que cette pub de l’Oréal aura fait beaucoup de mal à notre génération…

Après tout, mon blog parle d’optimisme, de ce qui fait du bien, de ce qui rend heureux. Et moi, quand j’écoute Oldelaf (Ol, pour les intimes – que je suis puisque j’ai passé toute la soirée avec lui, hier ! OK, on était quelques centaines à l’Olympia, m’enfin quand-même), ça me fait du bien. Je chante, je ris, je suis même émue, parfois (c’est qu’il est touchant, ce garçon. Par exemple, il a des textes hyper engagés sur la descente aux enfers d’un mec qui passe ses vendredis soir au bowling… Je sais, c’est très dur, comme sujet, mais si vous êtes assez forts, ça vaut le coup de l’écouter, promis).

Oldelaf, c’est l’auteur-interprète de « La Tristitude », par exemple, pour vous situer (Ne panique pas si tu ne l’as jamais entendue de ta vie, ce n’est pas non plus l’artiste du siècle, il le reconnaît lui même sur son site. N’empêche, j’attends de toi que tu remédies à cela en cliquant simplement sur le lien, là, ok ? Bien) qui fait partie de son premier album solo : « Le Monde est beau ». C’est aussi l’un des chroniqueurs de l’émission de Drucker, sur Europe 1 (c’est qu’il est monté en grade, le petit ! Michel Drucker, quoi, rien que ça ! Marrant, parce qu’il en parle avec ironie dans sa chanson « Nous, les vedettes » : je parie que tu l’appelles vraiment par son prénom, maintenant, Michel, pas vrai ? – Suzie, arrête de t’adresser à lui, il ne va jamais te répondre de toute façon ! Ce que tu peux faire groupie alors !).

oldelaf par Raphael Lugassy 2

Bref, il est mon coup de cœur du moment – et il paraît que ça a tendance à tourner à l’obsession, avec moi, les « coups de cœur » (dixit moi-même, mais on ne m’a pas contredite quand j’ai avancé cette hypothèse donc bon… Non mais je le vis bien hein, ça va), dans le sens où je vais l’écouter en boucle pendant… plusieurs mois, carrément. L’avantage, avec Oldelaf, c’est que je ne m’en suis pas encore lassée. Alors que je n’ai même pas parcouru toute sa discographie ! Seulement 2 albums, dont l’un avec Monsieur D., le deuxième membre de son groupe, jadis (ou naguère, c’est selon).

Et en plus, bouquet final : je suis allée le voir en concert. En CONCERT, quoi ! Hm hm, ouais, cool, et alors ? Pfff, si tu me connaissais mieux, toi qui me lis pourtant assidûment, tu saurais que mon discours, avant, c’était ça : « J’aime paaaaas les concerts ! Franchement, payer des sommes folles (30€, quoi, en gros) pour aller voir un mec chanter des trucs que tu pourrais écouter tranquillement assise dans ton canap’ en buvant un bon verre de Merlot (classe…), non mais l’hallu, quoi ! Alloooo, les gens, c’est n’importe quoi, là ! » (Je la fais bien, la Parisienne que t’as envie de baffer, ou pas ?). Ben là, hier soir, après une super première partie (la chanteuse Luciole, belle découverte ), Oldelaf nous a donné du bonheur à revendre (ou plutôt à redonner) pendant plus de 2 heures ! Entre « La jardinière de légumes », qui nous ramène aux traumatismes de l’enfance (hein qu’ça vous parle ?), « Les mains froides », une jolie histoire d’amour racontée avec humour – toujours – et la mythique « Nathalie, mon amour des JMJ » (sans commentaire, écoutez-là), on aurait passé la nuit entière avec lui (mais apparemment, il avait autre chose à foutre – ce que j’ai finalement apprécié, vu mon état au réveil, ce matin…).

Quant à sa dernière chanson, « Le Testament », qu’il a chantée après avoir rendu hommage à 2 personnes importantes dans sa vie et qu’il a perdues récemment (allez comprendre le choix de la chanson, d’ailleurs… Cependant, l’humour n’en est pas absent, encore une fois !), elle n’a fait que confirmer ce que les aficionados (je sais jamais l’écrire, ce mot – merci Google) des concerts  me soutiennent depuis un bail : Quand on va voir un artiste sur scène, on partage des émotions avec lui, chose impossible à travers un lecteur Mp3. Même un Ipod touch, si si.

Et s’agissant d’Oldelaf, c’est encore plus vrai. OK, je ne suis pas objective du tout. Mais pour combattre la tristitude, je trouve qu’il est un excellent remède :-)

2 réflexions au sujet de « Oldelaf : L’Artistitude… »

Laisser un commentaire