(Parenthèse) | parenthèse | Le Verre à Moitié Plein

(Parenthèse)

Bonjour lecteur chéri-qui-me-manque-vachement-quand-même-ces-temps-ci (mais tu remarqueras que j’ai réussi à écrire quelque chose moins de 2 mois après l’article précédent ! Wouhou !). Comme tu le sais, je vis maintenant à Dublin depuis près de 5 mois. Tout se passe très bien, il fait beau (je te jure que c’est vrai, en plus, je n’ai jamais eu un temps aussi sec sur une aussi longue durée de ma vie parisienne !) et les gens sont gentils. J’ai trouvé un travail très rapidement (rien de surprenant, vu mes qualités indiscutables) dans la finance (…), et plus précisément dans une entreprise d’assurance-vie, en tant qu’administrateur dans le service clients – qui sont principalement des Belges parlant le Néerlandais (que je ne parle pas, bien entendu, ce serait trop facile). Ce qui veut dire que j’ai de grandes chances de m’approcher de mon rêve : devenir bilingue (Anglais, pas Néerlandais, faut pas déconner).  Déjà, j’ai carrément moins peur du téléphone et ça, ce n’est pas rien pour la phobique que j’étais ! Avant, c’était limite si je ne renonçais pas à commander une pizza à cause de ça (heureusement, Alloresto est arrivé et a sauvé mes soirées de paresse culinaire). Donc l’air de rien, ce boulot qui n’est pas pour moi m’en apprend beaucoup. Sans compter que les collègues sont sympas et qu’on fait des soirées du type : tournée des 12 pubs pour Noël (pas encore testé, je vous raconterai, si mes souvenirs me le permettent…).

À part ça, l’Irlande, c’est génial. C’est super beau, la lumière est le plus souvent féerique et la pluie, jusqu’à présent, aux abonnés absents (même si quand il pleut, il ne fait pas semblant !). On a eu le temps de visiter un peu la côte Ouest, dont je suis tombée amoureuse (pour le moment, les îles Aran – qu’on atteint via un petit bateau type pêche et d’où on aperçoit des dauphins – et le Connemara – 3 jours magiques durant lesquels j’ai eu, malgré moi, la chanson de Sardou en boucle dans la tête). Entre les week-ends à parcourir le pays – ou les pubs du coin – et mon boulot qui ne permet plus les folies perso dont j’abusais dans un service marketing/com’, je n’ai plus assez de temps pour toi, lecteur adoré. Et ça me fait vraiment triste, parce que l’écriture me manque ! Le nombre de fois où je vois ou pense à des choses en me disant que j’aimerais en faire un article ! Mais le temps passe et je ne le trouve pas (le temps)… Je me dis que je ferais mieux de me contenter d’un compte Instagram ou de poster des « brèves » sur mon compte Facebook, parce que des idées positives, j’en ai tout le temps ! Mais je ne veux pas abandonner le blog. Donc je vais tenter (je dis bien tenter, je ne peux rien promettre, tu l’as bien vu) d’écrire des articles beaucoup plus courts (donc des brèves, finalement) avec des photos, vidéos (pas de moi hein) et autres « treats » (genre, je suis déjà bilingue…) permettant toujours au monde entier (!) de voir le verre à moitié plein.

Et pour me faire pardonner de mes silences, je t’offre un échantillon de mes photos du Connemara. Alors, tu m’aimes toujours, dis ?

2 réflexions au sujet de « (Parenthèse) »

Laisser un commentaire