Prête moi ton iPad… pour écrire un mot ? | Prête moi ton iPad... pour écrire un mot ? | Le Verre à Moitié Plein

Prête moi ton iPad… pour écrire un mot ?

Aujourd’hui, je suis contrariée (j’te préviens). Un peu chafouin, même, je vous dirais. Figurez-vous que la Finlande a décidé (oui oui, la Finlande entière, toute seule comme une grande personne) de ne proposer l’écriture cursive qu’en option à partir de 2016. Et même que c’est déjà le cas dans 45 États américains ! Non mais on marche pas grave sur la tête, là, sérieusement ? (La tête de qui, ça, je ne sais pas, mais je trouvais que cette expression signée E. Leclerc était adaptée…)

Bridget Jones écrit dans son journal (à la main !)
« Cher journal, je suis bien contente de savoir écrire à la main ! »

Moi, ça me paraît hallucinant d’en arriver là : Qu’on apprenne à la jeunesse d’aujourd’hui à se servir correctement d’un ordinateur, bien sûr, qu’on remplace les 42 kilos de livres divers et variés par des tablettes – avec lesquelles ils commencent à jouer dès l’âge de 3 mois, de toute façon – et qu’on leur apprenne même rapidement ce qu’est Excel ou le langage html, d’accord (et je suis même 100% pour, parce que faut vivre avec son temps, ma bonne dame). Mais qu’on arrête tout simplement d’enseigner l’écriture manuscrite (cursive = manuscrite attachée, certes, mais il y a fort à parier que ce n’est que le début !), que la génération future ne soit plus capable de tenir un stylo – parce qu’il ne faut pas se leurrer, aucun gamin ne va décider par lui même de prendre l’option « écriture cursive (mais si, tu sais, la technique qui te permet d’écrire des choses mais en allant beaucoup moins vite, en faisant des ratures et que plus personne n’utilise, ça te dit ? C’est aussi sympa que le Latin, tu vas voir !) » –, c’est pas n’importe quoi, franchement ?

Imaginez… imaginez un monde où écrire à la main relèverait de la fiction, ou plutôt de l’Histoire (avec un grand H, comme l’indique la majuscule), un monde où les stylos plume et les Bic seraient exposés dans des musées, pour rappeler comment les ancêtres noircissaient les pages blanches… Voilà ce que ça donnerait (d’après moi, qui ne suis pas une référence, je vous l’accorde, mais c’est tout ce que j’ai sous la main)* :

  • « Julie-de-la-compta termine son contrat demain, on va faire tourner une carte pour que tout le monde lui dise un petit mot ! Alors hmm… Faut s’organiser : Chacun m’écrit le mot par email, je les copie-colle dans un fichier Indesign aux dimensions de la carte qu’on a achetée, en mettant des polices et couleurs différentes, ça fait plus fun ! ». Déjà, admettons que tout le monde t’envoie très rapidement son message par email – Ah… les 10 minutes passées devant une carte déjà bien remplie, un stylo à la main, à lire les messages des collègues en se demandant ce qu’on va bien pouvoir lui dire d’original… fini ! –, il te reste à ne pas te rater en mettant la carte dans l’imprimante (que celui qui n’a jamais imprimé du texte à l’envers sur l’intérieur d’une enveloppe me jette la première cartouche de toner – Aïeuh !). Et au moment-M : « Tiens, y a aussi Lucas, le meilleur pote de Julie, qui vient seulement de rentrer de congés ! Hey, Lucas, on lui donne dans 2 minutes, tu ajoutes un mot, rapide ? »… Fail
  • « Je vous déclare maintenant mari et femme ! Vous pouvez (embrasser la mariée, bon, OK, mais aussi) signer là, là, et là« . X, X et X. Ou alors nos signatures deviendront des dessins ? Ou on se baladera avec des tampons-encreurs sur nous, comment ça va se passer ? Nan, je sais pas hein, vous me dites !
  • « La la lalalala laaaa – dans tes yeux, oh oh… hmm laaaa lalalala la, la la je me sens vieuuuux, ouais, c’est bien ça ! Faut que je le note ! Raaah mince j’ai plus de batterie dans mon SmartPhone, j’ai oublié ma tablette et je suis dans un café… Tout ce que j’ai à disposition c’est la note ( = un bout de papier) et un vieux crayon Ikea (collector !) dans ma poche… Snif ! »; Kevin, ex-future star de la chanson française en 2032, n’a jamais su trouver ET garder l’inspiration (et n’avait pas pris l’option écriture cursive à l’école).
  • « Coucou Mamie ! Un petit mot depuis le Nepal où je passe mon congé sabbatique, tout va bien, c’est une super aventure ! J’ai trouvé cette très jolie carte postale et j’ai pensé à toi : je l’ai prise en photo et ajoutée en pièce jointe à cet email. Je suis désolé que tu n’aies toujours ni ordinateur, ni Internet, parce que je suis sûr que ça t’aurait fait vachement plaisir de recevoir une carte de ton petit-fils chéri. Maman, merci de faire suivre ça à Mamie ! Oh, ce sera exactement le même effet qu’un pauvre bout de carton reçu directement chez elle et livré par son facteur, non ? Bisous ! »

Non, vraiment, un monde sans écriture manuscrite, c’est tout à fait envisageable ! En plus, vu que l’électricité est une denrée illimitée (…), en dépendre à ce point, ça ne peut être qu’une bonne idée… Pas vrai ?

*Liste non-exhaustive, mais fallait faire court. D’ailleurs soit dit en passant, heureusement que je n’écris pas mes articles à la main, ça prendrait des plombes, t’imagines ! :Mais bon, les mioches, c’est pas pareil, on y est tous passés, alors y a pas de raison ! Non mais ! Allez, kiss ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 réflexions au sujet de « Prête moi ton iPad… pour écrire un mot ? »

  1. Bonjour Suzie, moi aussi quand j’ai entendu ça, ça m’a fait un choc ! Un peu comme la liseuse qui devait faire mourir le livre… Mais là, je crois que c’est encore pire. J’imagine que c’est ce que nos ancêtres ont dû ressentir quand la bagnole est apparue du genre: « ces jeunes ils sauront bientôt plus marcher. » En tout cas, très bon article :)

    • Merci Aileza ! Haha, la voiture, je n’y avais pas pensé… Donc tu es en train de dire que ça fait partie de la vie, les évolutions, et qu’il faut juste apprendre à faire avec (hein, c’est ça que tu dis, hein, hein ?!) ;-) Bon de toute façon, là, j’ai imaginé le pire, mais il est vrai que pour le moment, on ne parle que d’écriture cursive, pas manuscrite… Mais quand je vois que nos enfants (neveux, nièces, etc.) ont déjà du mal à écrire 3 mots sans faute d’orthographe, j’ai envie de dire : « où va-t-on (ma bonne dame – je l’aime bien, celle-là) ? »

  2. Moi aussi j’ai lu ça… et j’ai été choquée. Pour les raisons que tu as décrites et aussi pour l’aspect purement pratique : actuellement j’ai toujours un bout de papier qui traîne dans mon sac quand j’ai besoin de griffonner un truc. J’imagine après quand il faudra absolument avoir un ordi/tablette/tél à porter de main, l’allumer, attendre éventuellement 3 plombes pour que l’appli adéquate s’ouvre… tout ça pour noter 2 mots ? N’importe quoi.

    • Bon, merci, tu me rassures, je ne suis pas la seule vieille c**ne du coin (je dis surtout ça parce que même mon père, qui est d’habitude le plus réac’ des deux, comprenait parfaitement cette évolution… Comme quoi ^^) ! C’est vrai qu’en tant que blogueuses, les gens pourraient penser qu’on s’en fout, tant qu’on a nos claviers, mais non. Nous sommes de vraies artistes, au fond, n’est-ce pas ? :-) (La fille qui s’y croit…)

Laisser un commentaire