enfants | Enfants | | Le Verre à Moitié Plein

Prête moi ton iPad… pour écrire un mot ?

Aujourd’hui, je suis contrariée (j’te préviens). Un peu chafouin, même, je vous dirais. Figurez-vous que la Finlande a décidé (oui oui, la Finlande entière, toute seule comme une grande personne) de ne proposer l’écriture cursive qu’en option à partir de 2016. Et même que c’est déjà le cas dans 45 États américains ! Non mais on marche pas grave sur la tête, là, sérieusement ? (La tête de qui, ça, je ne sais pas, mais je trouvais que cette expression signée E. Leclerc était adaptée…)

Bridget Jones écrit dans son journal (à la main !)
« Cher journal, je suis bien contente de savoir écrire à la main ! »

Moi, ça me paraît hallucinant d’en arriver là : Qu’on apprenne à la jeunesse d’aujourd’hui à se servir correctement d’un ordinateur, bien sûr, qu’on remplace les 42 kilos de livres divers et variés par des tablettes – avec lesquelles ils commencent à jouer dès l’âge de 3 mois, de toute façon – et qu’on leur apprenne même rapidement ce qu’est Excel ou le langage html, d’accord (et je suis même 100% pour, parce que faut vivre avec son temps, ma bonne dame). Mais qu’on arrête tout simplement d’enseigner l’écriture manuscrite (cursive = manuscrite attachée, certes, mais il y a fort à parier que ce n’est que le début !), que la génération future ne soit plus capable de tenir un stylo – parce qu’il ne faut pas se leurrer, aucun gamin ne va décider par lui même de prendre l’option « écriture cursive (mais si, tu sais, la technique qui te permet d’écrire des choses mais en allant beaucoup moins vite, en faisant des ratures et que plus personne n’utilise, ça te dit ? C’est aussi sympa que le Latin, tu vas voir !) » –, c’est pas n’importe quoi, franchement ?

Imaginez…

Lire la suite

Oui, Maman ! (Avec de l’amour dedans)

Je ne sais pas ce que vous en pensez – ou comment son les vôtres, mais j’ai l’impression que pour une mère, quel que soit l’âge de ses progénitures (bientôt 30, dans mon cas… Aïe !), c’est comme si on avait toujours 5 ans et demi et une incapacité totale à prendre soi-même des décisions d’adulte ou à se responsabiliser (Alors que franchement, lecteur-chéri-d’amour-qui-est-forcément-objectif-et-ça-n’a-rien-à-voir-avec-de-la-flatterie, tu admettras (si,si) qu’il n’y a pas plus mature, sage et responsable que moi, pas vrai ?).

Je m’explique (Maman – elle se reconnaitra –, si tu me lis, j’avoue m’être légèrement inspirée de faits réels, mais dans l’ensemble, je romance, évidemment (mais non, lecteur adoré, jamais je ne te mentirai. Juste, steuplé, le dis pas à ma mère, d’accord ?)) :

Si un jour, je suis malade, par exemple. Un jour de semaine (donc d’école – euh, de boulot), tant qu’à faire : je vais chez le médecin (Parce que vivre pour bosser, c’est niet, comme expliqué précédemment), ou pas, vu que je me connais suffisamment pour me soigner toute seule et donc que je sais que ce qu’il me faut, c’est une journée de repos, à la maison. Et par conséquent, pas au boulot. Réaction de maman chérie (que j’appelle, bien entendu, parce que j’ai besoin que ma môman sache que je ne vais pas bien, pour le réconfort, en bonne adulte que je suis) : « Mais t’es pas allée au bureau ? Et ils ne t’ont rien dit ?! » Non, Maman, et tu vois, tu n’as même pas eu besoin de me faire un mot d’excuse (même si du coup, y a personne pour me ramener la cassette vidéo de Cendrillon sur le chemin du retour ou pour me forcer à mettre des gouttes dans le nez. Pfff, c’est nul !).

Bonne fete maman
C’est moi qui l’ai fait !

 

Quand je pars en vacances, en Grèce, avec mes frères (entre autres) : Forcément, il y a des chances qu’on se baigne, et même carrément dans la mer parce qu’on est trop des ouf dans nos têtes – sachant qu’on sait tous nager puisqu’on l’a appris environ 20 ans auparavant. Ma mère, avant le départ, nous dit (et celle-là est véridique, j’ai des témoins) : « Vous nagez pas trop loin, hein ! ». Je ne vous dis pas le fou rire dans la famille, sans compter que cette vanne est désormais Lire la suite

Noël, c’est (que) pour les enfants ?

Friends Christmas

24 décembre, jour du réveillon tant attendu : Le moment idéal pour repenser au Noël de son enfance, qui est tellement différent de celui que l’on vit une fois devenu un adulte responsable et mature (hum…). Car après tout, on le sait tous : Les fêtes de Noël sont le moment de l’année préféré des enfants (avec leur anniversaire – bref, tout est bon pour être le centre d’attention. Qu’est-ce qu’ils sont égocentriques, ces gosses !), tandis qu’à nous, simples « grands », ça ne nous fait plus ni chaud ni froid. La preuve

Lire la suite