train | Train | | Le Verre à Moitié Plein

La journée de la femme hystérique [by Thalys]

Plusieurs jours que l’info fait le buzz : Thalys va permettre aux femmes de partir en week-end (ou en mid-week pour les gens comme moi, qui ont le temps) à Bruxelles, Amsterdam, Bruges, Paris pour les non-Français… Pour seulement 8€ ! Un super cadeau pour la journée de la femme, n’est-ce pas ?

Le 8 mars arrive, je mets mon réveil à 7h50 pour l’occasion (rappelle-toi, en ce moment je n’ai aucune obligation à me lever avant 11h55, si m’en vient l’envie). 7h59 : Mon PC est allumé, je suis au taquet (seulement 8000 places disponibles, ça va aller vite !)…

*Blackout*

9h50 : Normalement, je devrais être détentrice d’un A/R Paris-Bruxelles pour le lundi 18 mars, dans la journée (trop classe), pour la modique somme de 16€. Normalement. Au lieu de ça, je suis complètement à cran, à maudire tout le service informatique de Thalys, qui n’a pas été f*utu de renforcer ses serveurs pour accompagner sa super campagne de promo. En effet : le site est inaccessible depuis 8h. Déjà, en tant que fille de la com’, ça me met hors de moi, qu’on puisse gâcher un tel coup de pub pour des problèmes matériels (et un peu par manque de logique, faut le dire). Mais en plus, je vois mes espoirs de journée en Belgique – pendant que les gens normaux bossent – partir en fumée. Car pendant que des milliers de filles sont complètement hystériques derrière leur PC, d’autres vont tranquillement acheter leurs billets à la Gare du Nord. Même qu’elles ont eu un vernis en cadeau. Y a pas de justice, alors ? (Je sais, j’aurais pu y aller, moi, mais j’avais une grasse mat’ à prolonger !)

Je finis même par voir le logo Thalys d’une autre manière…

thalysLire la suite

Un train peut en cacher un autre…

Aujourd’hui, j’ai pris le train. Oui, oui, parce que, pour vous offrir un maximum d’aventure(s) par procuration, il fallait que je quitte un peu Paris, que j’aille chercher un peu d’exotisme ! Bon, à Angers, certes, mais quand même, la province, c’est déjà un peu l’aventure non ? Fallait bien que je fasse ma Parisienne à un moment ou un autre ;) Donc j’ai quitté la Capitale, sa pollution, ses transports… tiens, justement, les transports : Faut qu’on en parle. Parce qu’en disant Adieu (enfin… à lundi) au métro, j’ai eu droit au TGV, à la SNCF, bref, au train.

Le train, c’est comme une boite de chocolats, même en regardant son billet, et on sait jamais sur quoi… sur qui on va tomber. Mais quand même, déjà, on sait que c’est jamais un bon présage quand notre billet indique qu’on va passer 2h dans un carré. Déjà.

article_panneau.jpgEnsuite, entre ce moment là et l’installation à sa place, on peu observer un phénomène récurrent : « Je fixe le panneau, je le quitte pas des yeux (des fois que la voie s’affiche pendant que je regardais la couverture du dernier Voici, la vicieuse) et quand elle s’affiche… go!go!go! ». Là, c’est pire qu’au départ du marathon (bien que je n’y ai jamais assisté et encore moins participé, suis pas maso, ça va pas non ?) : une masse de gens qui se ruent vers leur train en même temps ! (Oui, ce qui était entre guillemets se passe dans la tête de tout un chacun, même vous, Messieurs, oui, vous, qui lisez aussi Voici. On le sait !). Alors qu’on a 20 minutes devant soi hein… Et ne mentez pas : vous en faites partie, de ce troupeau. Moi aussi. Ouais, et j’assume (derrière mon pseudo – trop courageuse, Suzie).

Cela dit, 20 minutes, c’est court, quand on sait qu’on a 3 km à parcourir avant d’arriver à sa voiture (la 20, évidemment, c’est TOUJOURS la 20. À se demander qui il y a de la voiture 5 à 10.Tiens bah je vérifierai).

Voiiiiilà, enfin, on y est. Bon, en montant, on oubliera pas de maudire tous ces gens qui font la queue pour aller à leur place en se prenant la porte à fermeture automatique dans le bras alors qu’il leur suffit d’appuyer sur le bouton, là, en haut, ça fait 34 ans que tu le prends le train, t’as … Lire la suite